Retour sur la création de la Ligue de l’Enseignement

La Ligue de l’Enseignement agit aujourd’hui depuis plus de 150 ans partout en France, mais comment est elle née, et qui est donc à l’origine de cette organisation ? 

Un engagement politique fort 

Né en 1815, et fils d’une famille ouvrière, Jean Macé grandit à Paris, il étudie et réussit avec excellence ses études au collège privé et catholique Stanislas. Très rapidement, Jean Macé se lance dans le journalisme politique et publie des ouvrages dans lesquels il expose sa vision de l’éducation : pour lui, l’école doit être gratuite, obligatoire mais surtout laïque. Ses ouvrages sont des publications de vulgarisation scientifiques, notamment à destination des plus jeunes.
Après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, Jean Macé, est contraint de quitter Paris, il trouve refuge en Alsace, plus précisément à Beblenheim. Il travaille en tant qu’enseignant dans un pensionnat de jeunes filles, et il écrit nombreux de ses ouvrages pédagogiques tels que  L’Histoire d’une bouchée de pain  ou les Serviteurs de l’estomac ; il devient réellement pédagogue à cette période de sa vie. Jean Macé a également l’occasion de mettre en pratique ses principes éducatifs dans ce pensionnat. 

La création de la Ligue de l’Enseignement 

Puis en 1866, Jean Macé crée la Ligue de l’Enseignement, inspiré du modèle de la ligue belge, déjà existante depuis 1864 par Charles Buls. En six mois, la Ligue de l’Enseignement compte déjà plus de 4 000 adhérents. Des “cercles locaux” se forment au quatre coins de la France, le premier à Metz, permettant de propager les idées et les actions menées par la Ligue de l’Enseignement. Chacun de ces Cercles se gérait individuellement et mettait en place son propre programme d’action, tout en restant dans le même répertoire d’idées et de valeurs, comme le font aujourd’hui les différentes antennes départementales de la Ligue de l’Enseignement. En 171, une pétition pour une école gratuite, laïque et obligatoire recueille plus d’ 1 200 000 signatures, ce qui donnera naissance en 1881 aux Lois Ferry : c’est un succès pour la Ligue de l’Enseignement qui défend ces valeurs. 

Le duo Tekemat à l’affiche de la 41e édition des Trans Musicales !

Le récent duo drum and bass Tekemat a répondu présent pour la 41e édition du festival urbain des Trans Musicales, se déroulant du 4 au 8 décembre 2019.

On peut ici voir une prestation de Tékémat lors d'un de leurs nombreux concerts.
Tekemat lors d’un de leurs concerts.
Tékémat, un duo récent et prometteur

Tekemat est un duo né en 2018, composé de Matthieu Letournel jouant du soubassophone, instrument apparenté au tuba-contrebasse, et de Matt La Batte, batteur du groupe. Ce duo est né d’une passion commune de ces deux amis pour la techno et les sons acoustiques. Il est arrivé sur la scène musicale avec un style neuf : un mix de techno et de musique acoustique, donnant un coup de fraîcheur à la scène musicale actuelle. Ils sont également accompagnés d’un membre secret, un DJ surnommé Mad Fab mixant leur musique en direct et leur donnant « un punch électro ».

Le festival de musique actuelle des Trans Musicales accueillera Tekemat le samedi 7 décembre à la salle rennaise de l’Etage. Comme pour tous ses autres concerts produits en Bretagne et ses alentours, le duo proposera une prestation du drum and bass urban, s’inscrivant dans la ligne artistique du festival.

(Re)découvrir Tékémat.

Avant leur prestation pour les Trans Musicales du 7 décembre, découvrez ou redécouvrez Tékémat en parcourant leur chaîne Youtube, ou sur leur page Facebook.