Se positionner pour s’élever

Se positionner pour s’élever

Aujourd’hui, des festivals il y en à tout les coins de rues, tous les week-ends et de dans tout les genres, alors comment faire son choix? 

« Le secteur culturel est un secteur où les logiques de l’offre structurent assez fortement la demande ». En effet, c’est aux organisations culturelles de déterminer au mieux leurs identités au regard de la concurrence. Le public étant de plus en plus confronté à des choix  d’arbitrage fin, il s’agit de définir la valeur apporté par la structure ou l’évènement, quelle soit d’utilité ou d’usage. Ainsi le public ciblé, c’est à dire celui à qui s’adresse l’organisation, recevra le message et pourra être capté, intéressé par celui-ci.

C’est donc de l’organisation, l’institution culturelle qu’il revient la responsabilité de définir son positionnement sur un marché très concurrentiel si il veut attiré son public.

Il convient alors de se demander comment le positionnement se définit-il et sur quels critères?

Dans un premier temps il faut cerner  l’identité du festival, son image c’est à dire la raison pour laquelle il se distingue des autres, en quoi son offre apporte -t-elle quelque chose de particulier? Par exemple les Trans musical, festival électro Rennais se propose de faire découvrir de nouveaux artistes et fait ainsi de sa scène un tremplin.

La programmation contribue à définir le positionnement d’un festival,  et dans le cas des Vielles Charrues, augmenter son attractivité si les artistes choisis sont ont un grand nombre de personne prêtent à se déplacer pour le voir, c’est un choix. En effet, un festival peut ne pas avoir pour ambition de réunir un maximum de personne, il peut choisir de se positionner volontairement comme un festival de petite ampleur.

Se positionner c’est aussi choisi ces valeurs, celle qui seront misent en avant au travers de différents dispositifs, un grand nombre de festivals se tournent vers la tendance éco-responsable, en proposant un communication différentes ou sur l’événement même, avec par exemple le principe des consignes pour les gobelets en plastiques.

Il est important pour un festival d’analyser et de comprendre les différents acteurs qui régissent autour de lui afin de les impliquer et de fédérer une communauté autour de l’événement.

Toutes ces dimensions sont à prendre en compte lors de la définition du positionnement du festival, de là découlera la stratégie à mettre en place pour communiquer dessus.

 

Les festivals, un phénomène durable?

Les festivals, un phénomène durable?

Forcé de constater la multiplication des festivals en tout genre et partout dans le monde, on peut aisément se demander à quoi ce phénomène est-il dû?

Depuis la fin du 20ème siècle l’industrie de la musique connait diverses transformations. En effet, elle se voie contrainte de mettre en place de nouvelles stratégies pour générer des bénéfices.

Malgré tout, d’après le Syndicat national des éditions phonographiques (SNEP), depuis 2017, les recettes de l’industrie de la musique sont à la hausse, grâce à son adaptation sur le digital, notamment par le biais des plateformes de streaming tels que Deezer ou Spotify.

carte des festivals en France en fonction de leur fréquentation
Plus un cercle est imposant plus la fréquentation est importante

 Cependant, les festivals ont de leur coté contribué à faire vivre les artistes et ont D’une part, les ventes de CD ont connu une diminution sans précédent, soit 70 millions en 1984 contre à peine plus de 20 millions en 2008. D’autre part, le téléchargement des titres de musiques ne permettent pas de rémunérer les artistes.

permis un développement de la culture musicale. 

En effet, chaque année, la liste des festivals présents reste globalement stable, même si elle évolue avec l’intégration de nouveaux événements et la disparition d’autres. Par ailleurs leurs fréquentations est en moyenne, en consente augmentation. Soit 7.1 million de festival en 2018

C’est le cas notamment de la Fête de l’Humanité qui bat tous les records et annonce avoir reçu 800.000 festivaliers (+45% par rapport à 2017).

 

La multiplication des festivals et surtout le fait qu’ils perdurent dans le temps, la preuve avec le festival Interceltique de Lorient qui fête en 2020 ces 50 ans, démontre bien qu’il ne s’agit pas d’un phénomène qui par définition serait éphémère, mais bien d’une nouvelle pratique, une nouvelle forme d’ouverture sur la culture.