La naissance et l’application de la laïcité en France

De multiples étapes vers la laïcité 

Le 9 décembre 1905, la France a opéré un changement majeur dans son chemin vers la laïcité. En effet, à cette date a été promulguée la loi concernant la séparation de l’Eglise et de l’Etat, une loi qui promeut l’égalité des droits des citoyens indépendamment de l’opinion, de l’idéologie, ou de la religion de chacun. 

Cependant, en amont, plusieurs étapes ont permis d’atteindre ce changement clé de la loi Française. Le point de départ a été la signature de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen en 1789. A cette date, la liberté de conscience est déjà reconnue. Ensuite, c’est le 28 mars 1882 que la loi sur l’enseignement primaire obligatoire substitue l’éducation morale et civique à l’éducation religieuse. Suite à cette dernière, une seconde loi est mise en place en 1886 ; elle interdit tout nouveau recrutement de congréganistes dans les écoles primaires publiques. C’est le 4 octobre 1946 que le principe de laïcité a été inscrit dans la Constitution de la IVe République. 

 

Ce que l’application de ces lois implique

L’application de ces lois a opéré de grands changements quant à l’organisation Française. De fait l’Etat a rapidement cessé de reconnaître et subventionner les cultes, ont été créées des association cultuelles qui ont permis de subvenir aux frais et à l’exercice du culte. Ensuite, lorsque la loi Jules Ferry du 28 mars 1882 a été adoptée, il n’a plus été question de séparer les filles et les garçons. Il n’a plus non plus été question d’exclure certaines classes sociales précédemment marginalisée du droit à l’éducation.

La mise en place d’une république laïque implique et assure la liberté de conscience des citoyens, c’est à dire la liberté d’exercice du culte et la non-discrimination entre les religions. Tous seront traités de manière égale, dans la mesure où le citoyen n’expose aucun signe ou emblème religieux afin de respecter l’Etat laïque. Cependant la république ne met plus en place de budget dédié au culte.